Dialogue de sourds

Posté le 19 février 2009 dans Divers

Petit échange significatif et vain hier sur facebook.
Je vois qu’une amie met une phrase d’Albert Jacquard dans son statut : “Désormais la solidarité la plus nécessaire est celle de l’ensemble des habitants de la terre.”
Je commente en citant à mon tour Hubert Reeves (voir mon billet à ce sujet) qui considère que l’Homme est l’animal le plus mauvais en ce qui concerne sa propre survie. Et j’ajoute que parmi les hommes, l’Occidental est certainement le pire. Il ne faut pas être expert en écologie pour affirmer cela. Les faits et les chiffres sont là : en termes d’empreinte écologique, l’homme occidental se distingue nettement des autres. (L’empreinte écologique précise l’impact de l’activité humaine sur les écosystèmes et la planète. Elle se mesure en hectares nécessaires par individu.) Pour 2008, cela donne ceci :

  • US : 9,4 Ha
  • UE : 4,8 Ha
  • Amérique latine : 2,0 Ha
  • Chine : 1,6 Ha
  • Afrique : 1,1 Ha

La surface disponible par individu est de 1,8 hectare. C’est dire que nous, Occidentaux des Etats-Unis ou de l’Union européenne, puisons démesurément dans les ressources de la planète. Nettement plus que ce à quoi, a priori, nous avons droit en tout cas. Nier cela c’est nier l’évidence.

Une certaine Sara rétorque qu’elle n’est pas pire que qui que ce soit. Et un autre Joseph appuie en évoquant la “tendance marquée de l’homme occidental à l’autoflagellation”. Eh bien, c’est pas avec cet aveuglement qu’on sortira du gouffre. L’homme occidental flagelle la planète entière. Mais lorsqu’on envisage de se calmer ne fût-ce qu’un petit peu, il revendique son droit à.
Il n’est de pire sourd que celui qui décide de devenir en plus aveugle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.