Quand Stib rime avec toubib

Posté le 5 septembre 2009 dans Divers

Les bus de la Stib ont un problème avec leurs portes : elles se ferment parfois trop vite. Ca n’est pas pour autant que ça augmente sa vitesse commerciale, mais bon. L’autre jour, une bonne dame un peu âgée a eu le pied coincé dans la porte. Elle s’est fait mal. Flairant sans doute la bonne affaire, à l’image de ces procès retentissants outre-Atlantique, elle se précipite vers le chauffeur. On ne sait jamais, quelquefois qu’elle pourrait obtenir un million de dollars de dommages et intérêts, pourquoi ne pas essayer.

  • Dites, monsieur le chauffeur, vous fermez vos portes trop vite, et regardez maintenant, je suis blessée !

Le chauffeur jette un oeil, mais ne dit rien. La bonne dame se dit sans doute que son million ne sera pas aussi facile, mais elle continue :

  • Et qu’est-ce que je dois faire, maintenant, monsieur le chauffeur ?

On n’entend pas vraiment ce que le chauffeur maugrée, mais à l’évidence, ce n’est pas vraiment ce que la bonne dame attendait. Parce qu’elle poursuit :

  • Ah. Vous croyez qu’avec un bon désinfectant, ça va aller ?
  • Et vous croyez que je peux mettre cela sans problème, parce que voyez-vous, je suis diabétique et je prends du machintrucbizarre…
  • Ben ça va, je vais faire ça alors. Merci, monsieur le chauffeur, bonne journée.

Et tous les autres passagers voient avec tristesse la bonne dame descendre du bus. Sans son million de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.