18h30, qu’on se souvienne…

Posté le 22 décembre 2015 dans Divers

22 décembre il y a quatre ans, 18h30.
Une belle ado à l’aube d’une belle vie naissante et prometteuse traverse la chaussée pour s’acheter une pizza. Insouciance de l’âge tendre à la veille des fêtes de fin d’année. Les copains, les copines, le petit ami, oui oui la vie est belle. Et la pizza sera bonne. Pensez : la première pizza qu’elle s’achète toute seule.
Au même moment, un gars comme vous et moi, c’est-à-dire un gars qui conduit. Un gars qui conduit et qui, comme peut-être vous et moi, oublie tout simplement qu’il manipule une arme meurtrière. A l’avant, un pare-choc que le constructeur a placé pour protéger la carrosserie contre toute une série d’obstacles qu’elle peut rencontrer.
Des piétons sur un passage piéton par exemple.

Le choc de 18h30 sur le passage piéton au feu vert pour la belle ado ne fut pas égalitaire. Allez, on le sait, dans ce cas, ça n’est jamais la voiture qui est perdante.
Le choc de 18h30 supprima une vie. Et en ébranla tant d’autres. Les parents bien sûr. Mais aussi les amis, de si jeunes amis dans une insouciance soudain et brutalement déchirée. La famille. Les amis des amis.
Mais aussi, oui oui, le conducteur, ses amis, sa famille.
Tant de vies brisées et amochées pour un pied trop peu léger sur un accélérateur.

C’était il y a quatre ans. Pile poil à 18h30. Une ado couchée sur un bitume mouillé devant sa pizzeria. Depuis, combien d’autres vies ont-elles été volées ? Beaucoup. Beaucoup trop, parce qu’une seule c’est déjà beaucoup trop.
Les amis, un mois après l’alerte de niveau 4, je vous le dis : nous sommes tous des terroristes en puissance. Tant le pied sur l’accélérateur reste plus meurtrier que n’importe quelle ceinture d’explosifs.
Nous conduisons des armes. Levons le pied !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.