39 minutes de bonheur

Posté le 12 mai 2010 dans Divers

L’année passée, lorsque j’étais arrivé à Bamako, un détail m’avait amusé. Pour sortir du parking, il fallait payer à une caisse automatique. Bien ! le pays se modernise… Mais à hauteur de la sortie, le chauffeur devait donner le reçu à un gardien qui soulevait un couvercle, glissait le reçu à l’intérieur d’une machine et levait la barrière à la main. La machine était en panne, et elle le restera pendant plusieurs mois.

Ce souvenir m’est revenu à la mémoire à l’instant même dans le bureau d’Air France de la Gare du Midi. Je pars à Alger de Roissy et effectue donc le trajet Bruxelles – Paris en Thalys. Normal. Quel est l’avantage du TGV par rapport à l’avion ? Entre autres choses, l’absence totale de formalités au départ. Vous réservez votre place par Internet, vous recevez un code par SMS, et vous montrez votre GSM au contrôleur. Facile. Plus de papier, plus de file, moins de coûts.

Mais un petit futé d’Air France a pensé autrement : il faut un ticket papier, qu’on ne peut bien sûr pas recevoir par Internet, ni retirer à l’avance, ça serait trop facile. Non, non, Air France loue un guichet exclusivement à cet effet à la Gare du Midi. Dès lors, on vous dit placidement, comme n’importe quel soviétique derrière son hygiaphone, que vous devez vous présenter 40 minutes à l’avance. Pour recevoir votre papier et bêtement poireauter pendant 39 minutes dans la salle des pas réellement perdus de la Gare du Midi. Allez savoir pourquoi tout d’un coup je me suis revu sur un parking à Bamako…
Bon, je ne sais pas à vrai dire si Air France veut faire des économies. Mais si c’est le cas, je connais un excellent moyen : qu’ils commencent par évaluer leurs petits futés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.