Bonjour l’Homo Connectus

Posté le 14 décembre 2008 dans Divers

Mon livre sur la communication, sorti il y a bientôt deux ans, était surtitré “De Gutenberg à l’Homo Connectus”. Je prétendais que l’Homo Sapiens vivait ses dernières années et que, pour un tiers d’entre eux, il était déjà remplacé par l’Homo Connectus. Nous sommes en effet deux milliards d’humains à avoir quelque chose en plus que nos ancêtres : une puce, qui nous permet en permanence de recevoir et d’émettre des informations.
Actuellement, cette puce est localisée dans un appareil, le téléphone portable. Mais bientôt elle va quitter l’appareil pour se rapprocher résolument du corps : une boucle d’oreille, un pendentif, une branche de lunettes. Ou même une dent creuse. Les applications seront innombrables. Sachant que cette puce va littéralement nous parasiter, il est temps de se rappeler qu’il y a des bons parasites comme il y en a de mauvais. Si elle aide l’humain à mieux se développer, c’est génial. On peut imaginer des applications en faveur des allergiques ou des diabétiques ; même des distraits ou, comme moi, des gens qui ne sont absolument pas physionomistes. Mais on peut aussi imaginer que les hommes et les femmes soient victimes de ce parasite, en termes de liberté, de contrôle social, de pensée.
Ce qui est intéressant dans ce débat n’est pas de savoir si c’est bien ou si c’est mal, et dès lors d’envisager un rejet. Parce qu’avant de se demander si c’est bien ou si c’est mal, il faut se dire que “c’est”, tout court. On y va ! Dès lors le défi est là, et génial : quelles superbes applications peut-on imaginer ? Prenons les devants, soyons créatifs ! Et éthiques.

Un article sur le sujet dans Actu24 note un certain nombre d’applications. Vous êtes sur la plage en maillot de bain ? Pas de problème : clignez de l’oeil gauche et vous accéderez à l’article en question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.