Bruxel

Posté le 27 septembre 2010 dans Divers

Les hypothèses les plus farfelues circulent sur l’avenir de Bruxelles. Parmi celles-ci, les plus franchement ridicules sont celles qui prônent la cogestion et celles qui évoquent un district européen.
La cogestion de Bruxelles serait une absurdité. Un magnifique retour en arrière. Alors que partout la régionalisation est une avancée, après en fait la décolonisation, donner les clés de Bruxelles aux Flamands, qui ne l’aiment pas, et aux Wallons, qui ne la connaissent pas, relèverait de la plus parfaite imbécillité politique. Aux tenants de cette solution, essentiellement non Bruxellois, il suffit de poser la question du Pourquoi. Pourquoi donc cette cogestion ? Les réponses évidentes n’existent pas. C’est aussi absurde que de laisser les Chiliens et les Estoniens cogérer La Nouvelle Zélande. Une cogestion de Bruxelles par des non Bruxellois provoquerait une ruine économique, sociale, urbaine. Bénéficier de la si mauvaise gouvernance des Wallons ? Non merci ! En outre, les Wallons et les Flamands eux-mêmes démontrent qu’ils n’en ont cure de Bruxelles : en Wallonie, les élèves peuvent choisir l’anglais comme seconde langue depuis belle lurette. En Flandres, le ministre Pascal Smet vient de faire une annonce du même tonneau.
L’autre hypothèse est tout aussi idiote. Confier la gestion de la ville – région à l’Europe ! Mamma mia ! Ce serait à coup sûr une politique d’apartheid. Les Eurocrates ne connaissent de Bruxelles que Woluwé, Uccle, Auderghem et les communes à facilités ! Ils désertent la ville tous les week-ends, boivent des bières irlandaises, ont leurs écoles privées et ne fréquentent que le marché de Boitsfort ou le free tax de la Commission. On ne les rencontre que dans les cocktails, entre eux, et sur le quai du Thalys. Imaginez-les au pouvoir face à une manif de mécontents… Ils nous rejoueraient Marie-Antoinette, quelques semaines avant la Révolution française. Les manifestants se plaignaient de n’avoir plus de pain. “Mais qu’alors ils achètent de la brioche !” fit la reine.
La Commission n’a pas de vocation à gérer une région. Qu’on ne lui mette surtout pas en tête cette bête idée !…

Reste donc comme hypothèse, en ce jour de fête de la Communauté française, de supprimer cette dernière, et de faire de notre pays une fédération de quatre régions à part entière. Chiche !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.