De l’effet schizophrénique des sondages

Posté le 11 janvier 2008 dans Divers

Grâce à quoi Hillary Clinton a-t-elle gagné les Primaires du New Hampshire ? Selon toute probabilité, grâce aux sondages qui la donnaient perdante et qui ont « réveillé » ses partisans. Le phénomène est connu. En 2002, à quelques jours du premier tour, les instituts de sondage français avaient pronostiqué la deuxième place de Le Pen. Mais ils se sont tus. En effet, une telle annonce aurait incité bon nombre d’électeurs à finalement voter pour Jospin. Le Pen aurait été troisième. Et tout le monde se serait moqué de la légèreté des instituts de sondage. Cela fait penser à ces romans de science fiction, où l’on peut voir l’avenir et dès lors tout mettre en œuvre pour le modifier. Aujourd’hui, je reste chez moi, au troisième étage. J’ai « vu » en effet que j’aurai un accident de voiture… Mais qu’en est-il alors de mes concurrents qui, eux aussi, « savent » que je vais avoir cet accident mais que je vais rester au troisième étage et qui ont tout prévu en conséquence ? Tout ça est un peu schizophrénique, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.