Diable, c’est qu’on vieillit !

Posté le 20 septembre 2016 dans Divers

Décidément, l’époque n’était pas facile.
Dieu se grattait les cheveux.
Oui bien sûr on l’avait toujours représenté avec une énorme barbe et de longs cheveux blancs en pétard. Mais ça n’était qu’une représentation. Tandis que là, devant son miroir, il les voyait bien ses cheveux gris qui pointaient leurs fourches avec insolence. C’était nouveau, ça ! Pour tout dire, Dieu le sentait ainsi : lui que l’on prétendait éternel, eh bien jamais il ne s’était aussi vieux qu’aujourd’hui.

Il faut dire que les soucis étaient bien réels. Il avançait ses pions, et à chaque fois les coups suivants semblaient bien compromis. Cette Hillary, là. Elle avait tout pour réussir. Et puis bardaf c’est l’embardée. Et la Suédoise. Ce jeune dandy du Béwé qu’il avait façonné pour la diriger. Qu’est-ce qu’il promettait ! Mais voilà qu’il s’emberlificote dans ses amis amis avec Bart. Que dire maintenant de ce Hollande. Mais qu’il parte avec ses bientôt 0,0006 % d’opinions favorables ! Mais non, il va vouloir rempiler ! Il croit au père Noël ? Ah tout n’est pas rose les 20 septembre dans la vie d’un Dieu. Tout part en couilles, oserait-il même fulminer avec des tonnerres d’éclairs et des
brouhahas endiablés à faire frémir le premier ayatollah défroqué. Demain, c’est déjà l’automne et il n’a même pas eu le temps de tester son nouveau bermuda sur les plages de l’univers. Diable, je ferais bien de changer de métier, se dit-il.

Tiens, 20 septembre, ça lui dit quelque chose. 20 septembre… attendez voir. Ah oui, ça lui revient ! C’était un 20 septembre qu’il s’était amusé à créer un drôle de personnage. Un peu à son image en fait. Hirsute à souhait et poivre et sel à la folie. N’ayant en plus pas peur de pousser la chansonnette avec ses orangettes. Et un foutu plieur de linge devant l’Eternel, s’il se souvient bien. Du jamais vu. Ah oui, il s’était bien amusé ce jour-là. Il l’avait même fait atterrir à… hé hé… Bois-Seigneur-Isaac. Ça, fallait le faire. Il y a deux mille ans, certains avaient prétendu qu’il avait envoyé son fils sur terre. Bon, qu’ils croient ce qu’ils veulent, ceux-là. Mais là, c’était quasi copie conforme avec Lui-Même ! Dieu Le Père Himself ! Même avec d’immenses lunettes, histoire de faire croire en un Dieu plutôt intello.

C’était quand encore ?
Il regarde ses fiches, un peu écornées et qui sentent le vieux journal. C’était en… oh ça alors, en 1965 ! Mais alors, il vient de terminer son premier mandat de cinquante ans. Oh, vite, il faut confirmer, merde alors il avait oublié ce genre de truc. A cause de Trump, de Hollande et compagnie. Allez, un 49-3, sans concertation avec les autres, tant pis, l’enjeu en vaut la chandelle, tire la chevillette et l’orangette cherra. Pour la santé mentale des habitants du Béwé dans un rayon de 20.000 kilomètres autour de Nivelles. Allez donc, urbi et orbi, voilà Patrick Placentino reconfirmé pour un second mandat de cinquante ans. Voire plus si affinité.
Et si je mens, je vais en enfer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.