Francorchamps risque de partir en fumées

Posté le 9 septembre 2009 dans Divers

Régulièrement la presse s’émeut du risque de voir disparaître le grand prix de Francorchamps. Ce faisant, elle relaie les déclarations des politiques, qui, tous pour la plupart, jurent la main sur le coeur qu’ils tiennent à ce grand prix comme à la prunelle de leurs yeux. Aujourd’hui pourtant, ce n’est pas Bernie Ecclestone, patron incontesté de la Formule Un, qui veut berner les Happart et consorts, mais bien les difficultés budgétaires. En témoigne cet article dans La Libre, où on parle du déficit de près de cinq millions qui devrait être à nouveau épongé par la Région wallonne. C’est évidemment beaucoup en ces temps de vaches maigres.

Mais justement à propos de vaches, celles de la région de Spa ne devraient que se féliciter d’une éventuelle suppression totale du grand prix. Celui-ci, d’après Pierre Ozer, un chercheur liégeois, émet à lui seul 8.400 tonnes de CO2 en une seule journée. D’après le chercheur, cela met à néant le bénéfice environnemental pendant un an du remplacement du simple vitrage par du double vitrage à haut rendement dans 5.240 habitations quatre façades ! C’est pas rien.

Dès lors, la solution est toute simple : supprimons le grand prix ! Et que les mordus de la Formule Un se replient sur leur Playstation. C’est moins nocif. Et tout aussi con.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.