Hal : le poids des nouveaux médias

Posté le 18 février 2010 dans Divers

Un de mes amis, navetteur quotidien entre Tournai et Bruxelles, a été prévenu de l’accident de chemin de fer alors qu’il chaussait ses bottines de ski dans les Alpes. Une kyrielle de sms s’inquiétaient de son sort. Quant à moi, c’est un ami journaliste qui m’a prévenu par téléphone. Il avait vu le matin même sur facebook que j’étais dans le train pour Tournai à l’heure du crash, que j’ignorais. Je me suis empressé de modifier mon statut sur facebook pour rassurer mes connaissances.

Les premiers médias à faire circuler l’info auront été les sms et les réseaux sociaux, à commencer par Twitter et facebook. Bien sûr les médias traditionnels ont pris le relais, mais essentiellement à partir de leurs sites Web et de leur présence sur les mêmes réseaux sociaux, plus accessibles durant la journée que la radio et la télé. Mais ces nouveaux médias sont aussi plus respectueux du rythme et de la gestion du temps des récepteurs. La télé, on doit être scotché dessus. Tandis que l’ordinateur, lui, diffuse des infos et des vidéos, sans perturber les fichiers Excel ou Word. L’ère de l’Homo Connectus est bien là, on ne peut plus l’ignorer.

Et le papier dans tout ça ? Eh bien, c’est devenu le parent pauvre. Il est par nature hors de l’événement. Bien sûr, ce mardi, les présentoirs de Métro ont été vite dévalisés. Et les quotidiens avaient réservé leur Une à l’accident, avec de nombreuses pages spéciales à l’intérieur. Mais que dire de plus que ce que tout le monde connaît déjà ? Mon ami Jean-Jacques Jespers, référence s’il en est en matière de journalisme, s’est toujours plaint du fait que les quotidiens se contentaient souvent d’annoncer ce que tout le monde savait. On n’est plus au début du vingtième siècle où le canard avait la primeur de l’info. Les journaux doivent évoluer s’ils veulent survivre. La Une de La Libre ce mardi allait dans ce sens, avec un grand Pourquoi ? qui tentait des explications. C’est là la valeur ajoutée des journalistes, ce qu’on attend d’eux. Mais je vous laisse. Je viens de recevoir un sms : il y a un coup d’Etat au Niger !…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.