Journée sans achat, pourquoi ?

Posté le 10 décembre 2008 dans Divers

Il y a quelques jours, c’était journée sans achat. Une initiative qui vient des Etats-Unis et qui tient à remettre en cause la société de consommation, son impact négatif sur l’environnement et sur le social. OK évidemment avec la critique de fond. La surconsommation et la surproduction qui va avec génèrent à l’évidence des aberrations écologiques et sociales. Mais une journée sans achat peut-elle changer quoi que ce soit sur ces plans ? On peut craindre que non.

De tous temps, les sociétés se sont développées autour du commerce. La rencontre entre l’acte de vendre et l’acte d’acheter est porteuse d’évolution. Sans commerce, les sociétés stagneraient. Les problèmes dénoncés par les organisateurs de cette journée seraient nettement moindres si l’acheteur exerçait mieux son pouvoir naturel. L’acheteur, c’est-à-dire le consommateur. Il a un pouvoir fabuleux. Qu’il n’exerce guère.

Ce n’est pas en s’abstenant d’acheter symboliquement un jour par an qu’il assurera ce pouvoir, mais en achetant mieux.
En faisant de meilleurs choix, le consommateur peut influer sur un meilleur traitement de l’environnement, sur une diminution de l’exploitation de l’homme par l’homme, sur une meilleure santé économique de sa région. Mais pour cela, il doit ouvrir son portefeuille. En réfléchissant davantage à l’acte qu’il pose.
Bof donc par rapport à cette journée. Mais oui bien sûr en faveur de l’éducation permanente qui redonne son pouvoir au consommateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.