Kafkacom, pire que la RTT

Posté le 5 février 2010 dans Divers

Franchement, si je devais raconter ici tous mes déboires avec Belgacom depuis plus de deux ans, je crois que mon disque dur se planterait. Non pas qu’il ne soit pas assez costaud, mais parce qu’il paniquerait illico presto. Comment se fait-il qu’au vingt-et-unième siècle tant d’enjeux stratégiques et économiques passent encore par une boîte si fossilisée ? Et il aurait raison, mon disque dur. Il y en a qui font des grèves de la faim pour moins que ça. Donc, pour le protéger, je ferai un raccourci, pour ne vous narrer ici que ma dernière découverte : Belgacom ne sait faire qu’une seule chose à la fois !

Je fus quadruple client de Belgacom : téléphonie fixe, Belgacom TV, Internet et téléphonie mobile. Bon, j’ai déjà arrêté la télé, trop nulle et déficiente chronique ; et je suis passé avec armes et bagages chez Mobistar pour le mobile. Restent le fixe et Internet. Belgacom a mis dix-sept mois pour m’installer un nouveau central, qui hoquète en permanence, le pauvre. La coqueluche, sans doute. Ça fait bientôt un an que j’attends un technicien, et enfin il est programmé pour mercredi prochain. Hosannah, sonnez trompettes ! J’ai déjà déroulé le tapis orange couleur RTT, mis une petite bière au frigo et affiché la photo de Didier Bellens grand format sur la cheminée. Mais voilà-t-y pas que mon adsl s’enrhume. Par solidarité sans doute. C’est contagieux la coqueluche. Et donc hop ! Internet s’éteint mercredi dernier. Après quelques heures passées au téléphone en parlant avec pas moins de huit personnes différentes, à qui je raconte systématiquement et rigoureusement la même chose, Belgacom, dans sa grande magnanimité, décide de m’envoyer un technicien. Ah. Moi, je ne le suis pas, technicien, mais c’est précisément pour cela que je les appelais… Pourquoi faut-il tant de procédures pour cela ?

Mais c’est là que le bât blesse : j’ai déjà un rendez-vous ! Mercredi prochain, c’est noté dans leur agenda, comme dans le mien. Qu’un central téléphonique n’ait strictement rien à voir avec l’adsl, peu importe : le système informatique de Kafkacom ne permet pas de programmer deux rendez-vous pour la même adresse. Je devrais peut-être envisager d’installer mon Internet à une autre adresse, mais franchement je ne trouverais pas ça pratique. Alors, le huitième Monsieur Belgacom me recommande de supprimer mon rendez-vous de mercredi pour pouvoir m’en fixer un autre. Quand ? Ah ça, il ne peut pas me le dire, il faut d’abord que supprimer mercredi.

Je vais donc boire ma bière de mercredi et remiser mon tapis orange. Mais garder la photo de Bellens, c’est quand même le même boss. C’est donc cela qui est grave : Belgacom preste plusieurs métiers, mais ne parvient à programmer qu’un seul dépannage à la fois. Vandenborre vend des lessiveuses et des télés. M’est avis qu’ils ne fonctionnent pas de la même manière. Et heureusement pour eux et pour leurs clients.
Et si vous alliez faire un stage au service dépannage de Vandenborre, Monsieur Bellens ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.