Le chauffeur multi-handicapé des TEC

Posté le 15 février 2011 dans Divers

Pour une fois que les TEC ne sont pas en grève alors que la Stib l’est, on dirait qu’ils s’en donnent à coeur joie à nous narguer, en Wallonie ! Pour preuve, ils nous envoient des chauffeurs aveugles sourds muets et autistes. Au moins, eux, ils font dans l’intégration.

Mon pauvre chauffeur du bus 6688 stationné devant la gare du midi ce mardi matin… S’il n’avait pas cumulé tant d’handicaps, mais ça aurait été son heure de gloire ! Pensez donc, son bus est assailli de clients potentiels, de jeunes écolières en uniforme, de nonnettes en cornettes, de militaires en fin de bail, d’employés en attaché case… Ce sont presque des images de Libération, avec ces tanks américains dont les chauffeurs se faisaient embrasser à tous les coins de rue. La liesse populaire. Tu parles, un bus avec son moteur qui tourne ! En plein Bruxelles un jour de grève de la Stib ! Alors tout le monde y va de ses questions : où, quand, peut-on ?
Mais c’est malheureusement sans compter sur les malheurs génétiques du chauffeur. On lui fait signe. Mais il ne nous voit pas. Il reste bougonnant mâchouillant ses longs poils de barbe derrière son volant grincheux. Mais qu’importe sa cécité : on frappe au carreau, on l’interpelle, on hausse un peu la voix… Mais il est vraiment sourd de chez sourd, et n’entend que dalle. Il continue à mâchouiller, ignorant tout de son statut de star d’un jour. Alors, on saute, on provoque des vibrations, ça il va comprendre, non ? Alors, oui, il réagit. Mais comme il est muet, et que nous Bruxellois on ne comprend pas le langage des signes des TEC, on pige que dalle aux gestes cabalistiques et énigmatiques qu’il nous envoie de derrière sa vitre ostensiblement fermée. On hésite, on part en conjectures. Veut-il dire “Mon cher Monsieur, je suis parfaitement désolé, mais il m’est totalement impossible de communiquer avec vous, ce que, si je n’avais pas été lourdement handicapé, j’aurais évidemment fait avec plaisir…” ? Ou bien quelque chose d’un peu plus trivial que l’on pourrait traduire par “Casse-toi, pauv’con, j’en ai strictement rien à foutre du respect du client…” ?

J’avoue : je ne tranche pas, et reste dans l’ignorance.
Bon, n’allez surtout pas dire aux TEC qu’il s’agit du bus 6688 direction Braine-l’Alleud qui stationnait devant la gare du Midi à 9h54. Ils risqueraient de faire une réprimande à ce pauvre multi-handicapé, et tous les bus se mettraient à nouveau en grève !… Allez, la marche à pied, ça fait du bien pour la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.