Le secret du manque d’humour d’Yves Leterme

Posté le 7 octobre 2008 dans Divers

Ca y est, j’ai trouvé ! Je maîtrise les explications du manque d’humour apparent de notre Premier ministre. Il est vrai qu’il apparaît systématiquement comme quelqu’un de terne, de gris, de pas comique pour un sou. On va dire que c’est l’époque qui veut ça. Mais De Haene et Verhofstadt n’ont pas eu non plus des heures et des circonstances faciles. Et pourtant ils avaient quelque chose en eux qui leur permettait, à certains moments, d’obtenir le sourire, voire le rire, de leurs interlocuteurs et téléspectateurs. Alors Yves le terne ? Qu’a-t-il donc de différent dans sa communication ?
Je viens de l’entendre à la RTBF justifier la nomination de Jean-Luc De Haene comme président de Dexia. Il est sûr que de nombreux auditeurs ont dû se demander, se réveillant avec cette nouvelle assez étonnante, s’il s’agissait d’un poisson d’avril, un peu comme si on venait de nous apprendre que Michel Daerden était devenu le nouvel entraîneur des Diables rouges… Ou que Fidel Castro allait dorénavant présider aux destinées des Petits Chanteurs à la Croix de Bois. Mais non, on est bien en octobre, s’est-on dit en se frottant les yeux. Alors on écoute Leterme, qui nous explique que De Haene sera tout à fait à la tâche non pas seulement parce que Dexia a les couleurs du Football Club de Bruges mais surtout parce qu’il a l’expérience voulue, etc. Il a dit ça d’une traite, notre premier ministre ! Sans aucune respiration. Et donc l’effet de sa petite boutade relative au club de foot préféré de De Haene est complètement nul. Il dit cela pour obtenir un sourire, mais en même temps il interdit ce sourire.
Est-ce un de ses conseillers qui lui a soufflé cette petite phrase ? ou est-ce lui-même qui s’est dit que ? On ne le saura pas. Toujours est-il que l’effet recherché est raté. Les silences sont utiles au charisme, monsieur le Premier Ministre. Et donc à votre communication.

un commentaire pour Le secret du manque d’humour d’Yves Leterme

  • joël dit :

    Ah, oui, j’ai entendu aussi et je me suis dit "il veut faire de l’humour". Et ça n’avait pas sa place, à ce moment, dit de cette façon, dans cette circonstance. Il me semblait une fois de plus à côté de la plaque. C’est dommage bien sûr, on a l’impression que la forme est plus importante que le fond… Mais justement, il n’y a pas de fond non plus. Ses paroles sont creuses (je travaille à des solutions, nous recherchons un cadre de travail, nous allons trouver un modèle de bonne gestion). Il n’est pas idéologue, il n’est pas visionnaire, il n’est pas tribun, …. il est terne, oui!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.