Le secret sacré de la confession

Posté le 11 juillet 2010 dans Divers

Je ne crois pas que l’ex Cardinal Danneels ait en quoi que ce soit besoin de mes services. Mais il y a quelque chose qui me chipote quand même dans tout ce qu’on entend à son égard. Sa photo d’une petite fille nue dans une douche. Ok, c’est pas très catholique, tout ça. Mais il y a des tas de raisons, volontaires ou involontaires, qui peuvent l’expliquer. C’est le rôle du juge d’instruction et des inspecteurs. Et en attendant, nous, tant que rien n’est établi, nous n’avons aucun droit de savoir. C’est le secret de l’instruction. Qui doit rester totalement mais totalement sacré. Les journalistes, qui sont les premiers à revendiquer le secret de leurs sources, devraient s’en rappeler plus souvent. Et être les premiers à le respecter.

Mais que voulez-vous, ils doivent vendre. Leurs journaux, et donc parfois la mèche. Même si ladite mèche est pourrie.
Cela dit, que nous a-t-on dit ? Que la photo de cette petite fille nue venait du site de la VRT, suite à un concours de photos d’art. Ah. Mais qui sont ces parents qui acceptent de publier une photo de leur petite fille nue à la télé pour de simples raisons artistiques ? Et est-ce le rôle de la VRT de publier de telles photos ? Personne ne semble s’étonner de cela.

Pour en savoir plus, j’ai été zieuter du côté du parangon de la vertu journalistique, le summum de l’à-propos sociétal, le Pulitzer du fait-divers de caniveau, j’ai nommé la Dernière Heure. Eh bien la DH, bravo la DH ! Quel traitement la DH donne-t-elle à l’événement ? Tout d’abord un micro-trottoir dans le pur jus d’un populisme exacerbé. On pose la question “Est-il normal que Mgr Danneels ait été auditionné durant dix heures ?” à tous des quidams que l’on croise dans la rue. Mais que voilà un angle d’attaque brillant, Coco ! a dû s’exclamer le rédac-chef. Pensez donc : Marie-Jeanne 74 ans, Mohammed 21 ans, Paul 68 ans et Brigitte 75 ans ont des choses d’une pertinence sans pareil à nous délivrer. Ces experts en herbe des affaires judiciaires dont ils ne comprennent que goutte n’ont évidemment que de pures conneries à nous répondre, conneries qui ne reposent sur rien du tout. Un peu comme si on demandait l’avis d’analphabètes inuits sur une réforme de l’orthographe du tagalog, langue des Philippines dont je viens de découvrir l’existence dans ma recherche d’exemples absurdes…

Mais non contente d’interroger des gens dont l’avis n’intéresse strictement personne, la DH fait mieux. Elle se dit qu’elle va interviewer l’expert des experts en matière de pédophilie, le docte et célèbre Marc Dutroux. Oh par hasard, l’expert en question se trouve justement en prison, un lieu où a priori on n’organise pas beaucoup de conférences de presse. C’est regrettable évidemment. Pensez, le monde entier qui se pose des questions sur notre ex cardinal a hâte de savoir ce que pense Monsieur Dutroux d’une telle affaire. Comment le journaliste a-t-il pu atteindre ce connaisseur en perversité, là, c’est le secret de l’instruction : on ne sait pas. Mais en tout état de cause, il nous rapporte un lot d’avis des plus riches : Cela ne m’étonne pas du tout ! dit-il, en ajoutant qu’il n’a été qu’un pantin dans cette affaire.
Marc Dutroux, un pantin ! Et ses victimes, alors, c’étaient ses poupées ? Ecoeurant. Dernière Heure répugnante !

Magnifique travail de presse. Des années d’instruction, des longs mois de procès, des milliers de pages ont fait qu’un pantin a été condamné. Mais une photo intrigante trouvée dans un fichier temporaire amène Marie-Jeanne, Mohammed, Paul et Brigitte à décréter que l’ex cardinal pas très catholique aurait dû être auditionné encore davantage.

Dutroux est un pervers patenté. Il ne faut rien attendre de lui. Il a eu un procès pour se défendre. Qu’on le laisse maintenant et définitivement ruminer derrière ses barreaux. Mais des rédacteurs en chef pervers peuvent faire du tort à la justice et à la morale. Il ne faut plus rien attendre d’eux. Qu’ils se taisent. Et alors on leur garantira le secret du confessionnal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.