Les moyens de sa politique

Posté le 23 octobre 2008 dans Divers

Qui oserait nier aujourd’hui la nécessité de la lutte contre les changements climatiques ? Pas grand monde, assurément.
Qui d’entre nous est incapable de faire ne fût-ce qu’un tout petit rapprochement entre l’évolution exponentielle du trafic aérien et l’état de la planète ? Pas grand monde non plus. Les évidences sont là, même si d’autres facteurs malmènent également le climat.
Et pourtant lorsque – OK, pour d’autres raisons – le gouvernement belge propose de percevoir une taxe sur le billet d’avion, c’est quasi 100% des gens qui s’en offusquent. Eh quoi ? Je ne vais plus pouvoir aller boire mon porto à Lisbonne ou manger une pizza à Pise ? Quoi ? On veut m’interdire de polluer, c’est ça ?!
En fait, pour le bien de la planète, ce qu’il faudrait, ce n’est pas percevoir une taxe, mais bien multiplier le prix des billets d’avion par dix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.