LES PETITES VOIX INTERIEURES

Posté le 25 octobre 2008 dans Divers

Le recul d’une courte nuit tempère les émotions et réveille le rationnel : et si le titre du précédent billet était trop fort ? La haine quand même !…
OK, bien sûr, c’est excessif, on ne va pas en faire tout un fromage. Mais ce retour du rationnel ne calme pas pour autant cette petite voix intérieure, mon Jimniny Cricket perso, qui me rappellera longtemps ce sentiment d’humiliation. Ce Jiminy-là vient par exemple de me rappeler cette phrase du jeune cerbère recruté par les organisateurs de la soirée. Bien ennuyé par ma contrariété, il cherchait désespérément mon nom dans sa liste imprimée. Il tombe sur un nom et sur une fonction : président – directeur de je ne sais pas quoi. Non, quand même, ça ne peut pas être vous, me dit-il, sans me préciser quelle est l’image qu’il a des présidents – directeurs de tout poil. Ah bon, j’aurais une tête de con, c’est ça ?

Merci, Jiminy Cricket, d’en rajouter en faisant remonter à la surface cette portion de dialogue ! Tout ça pour dire qu’en toute occasion, l’orientation client et la recherche de la qualité sont indispensables. Elles faisaient défaut, ou du moins ont été prises en défaut, hier soir. Et l’effet de cette carence sera durable.
Bon, ça n’est pas tout, ce soir, on est invités chez des amis. J’espère que nos noms seront bien sur leur liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.