Lila est née !

Posté le 5 août 2010 dans Divers

Mon ami Tim, un des principaux lecteurs de ce blog, vient d’avoir une troisième fille. Bienvenue Lila, donc. Mon cadeau : ce petit texte à la Gainsbourg. Pour le comprendre, il faut savoir que Tim (Jean-Claude Thimister) habite Pépinster, à deux pas de Verviers, où avec sa société Odyssée 1372 il édite La Référence, un agenda culturel de la région. L’heureuse Maman s’appelle Christine Borguet et elle se porte à merveille.
Mes amitiés à toute la famille !


Le Géniteur de Lila

J’suis l’géniteur de Lila
Le gars qu’on croise et qu’on n’ regarde pas
Y en a du bol c’drôle de père
Le Thimister
Pour passer mes nuits j’ai de beaux restes
Au biberon je suis le best
Et dans l’boucan on me crie
Que des langes s’la coulent douce dans le lit
Pendant c’temps que je fais l’zouave
Avec la bave
Homérique à l’Odyssée
Moi j’fais des bouts à la Borguet

J’fais des bouts, des p’tits bouts, encor des p’tits bouts
Des p’tits bouts, des p’tits bouts, toujours des p’tits bouts
Des bouts d’seconde classe
Des bouts d’première classe
J’fais des bouts, des p’tits bouts, encor des p’tits bouts
Des p’tits bouts, des p’tits bouts, toujours des p’tits bouts
Des petits bouts, des petits bouts,
Des petits bouts, des petits bouts

J’suis l’géniteur de Lila
Pour des pampers changer à tour de bras
Je vis entouré de fem’lettes
J’ai dans la tête
Un carnaval de gazouillis
J’en amène quatre dans mon lit
D’mon bureau d’la Référence
Je n’entends jamais brailler le silence
Parfois je rêve je divague
Je vois des vagues
Et dans la brume du bout d’Verviers
J’vois les impôts qui viennent m’bouffer

Faut m’sortir de ce trou où je fais des bouts
Des p’tits bouts, des p’tits bouts, toujours des p’tits bouts

La vie d’chateau se taille
Et j’sens qu’je déraille
Et je reste dans mon trou à faire des p’tits bouts
Des p’tits bouts, des p’tits bouts, toujours des p’tits bouts
Des petits bouts, des petits bouts,
Des petits bouts, des petits bouts
Et je reste dans mon trou à faire des p’tits bouts
Des p’tits bouts, des p’tits bouts, toujours des p’tits bouts

J’suis l’géniteur de Lila
Près de Verviers où j’fais l’Agenda
J’en ai marre j’en ai ma claque
De ce cloaque
J’voudrais souffler à Pépinster
Laisser ma quéquette au vestiaire
Un jour viendra j’en suis sûr
Où j’pourrai m’évader dans la nature
J’partirai sur la grand’route
Et coûte que coûte
Et si pour moi il n’est plus temps
Je prendrai mon pieds avant

J’fais des bouts, des p’tits bouts, encor des p’tits bouts
Des p’tits bouts, des p’tits bouts, toujours des p’tits bouts

Y a d’quoi d’venir dingue
De quoi prendre un flingue
S’boire un coup, un p’tit coup, un dernier p’tit coup
Un p’tit coup, un p’tit coup, un dernier p’tit coup
Et on m’enferm’ra au trou
Où j’n’entendrai plus parler d’bout plus jamais d’bout
De petits bouts de petits bouts de petits bouts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.