Mort à l’internaute !

Posté le 10 mars 2008 dans Divers

En une quinzaine d’années, le Web a considérablement modifié notre paysage de la communication, mais aussi, plus globalement, la société toute entière. Qu’on arrête dès lors d’utiliser ce terme Internaute, qui fait militant, initié, extrême minorité. Parle-t-on des téléphonautes ? Y a-t-il un terme pour désigner les mangeurs de croissants ? Les amis à qui on inflige nos diaporamas de vacances ? Les conducteurs qui roulent au LPG ? Les clients des taxis ? En décembre 97, Internet World Stats dénombrait 1.319.872.109 personnes qui utilisent Internet dans le monde. Vingt pourcents des êtres humains ! (52,8 % en Belgique) Le temps du militantisme est révolu. Internet a réussi une percée extraordinaire et irréversible dans le quotidien de quasi tout le monde. Tant qu’on ne rangera pas au placard ce vocabulaire désuet – Internaute !… – on risque de faire peur à ces 41,2 % de nos concitoyens qui ne demandent qu’à être conquis.
C’était un petit clin d’œil à Alain Gerlache qui lance sa nouvelle émission sur la mutation des médias, « InterMédias », ce soir sur la RTBF télé.

un commentaire pour Mort à l’internaute !

  • Effectivement, le terme "internaute" rime un peu avec "astronaute". Avec une connotation de pionnier qui n’a sans doute plus lieu d’être.

    Mon questionnement est alors : quelles sont les alternatives élégantes ?

    "Utilisateur d’Internet" reste assez sec. Un peu long aussi. "Web user" est plus concis en Anglais. L’avantage du terme "internaute" est qu’il tient en un mot.

    Pas simple de trouver le juste terme 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.