Ouchouc et mout !

Posté le 14 avril 2010 dans Divers

La légende raconte que le jeu d’échecs a été inventé par le sage Sissa, en Inde, 3.000 ans avant JC. Le roi Belkib, voulant tromper son ennui, avait promis une forte récompense à qui lui proposerait un passe-temps surprenant. Ebahi par le jeu proposé par Sissa, il lui demanda ce qu’il désirait en retour. Le sage lui demanda alors, tout simplement, de déposer un grain de blé sur la première case, deux sur la seconde, et de doubler à chaque fois le nombre de grains sur les autres cases du jeu, qui en comptait déjà 64. Le roi fut surpris par une si modeste demande et proposa plus. Voyons, mon cher Sissa, mais votre jeu vaut davantage que ça !… Mais le sage, humblement, dit qu’il se contenterait de ce qu’il avait demandait. Belkib obtempéra. Et son royaume tomba en faillite. Au total il lui fallut en effet déposer pas moins de 18 446 744 073 709 551 615 grains.
C’est une légende bien sûr. Le royaume ne tomba pas en faillite, mais on aime bien ce genre d’histoire.

Une autre ?
Il se chuchote que dans une grande ville au vingtième siècle, le maire Belka s’ennuyait, et fit savoir qu’il récompenserait celui qui lui proposerait un divertissement à la mesure de ses attentes. Le sage Sissib vint présenter le jeu “ouchouc” qu’il venait d’inventer. L’histoire ne dit pas à quoi ressemblait le jeu, mais Belka fut impressionné. Il demanda alors au sage ce qu’il voulait en échange. Celui-ci répondit modestement qu’il prendrait bien en charge l’organisation de tous les transports collectifs de la région. Le maire s’en moqua “Mais mon cher ami, vous allez vous encombrer d’une tâche bien ingrate, impossible et totalement non rentable !… Votre jeu mérite mieux !” Mais le sage, humblement, dit qu’il se contenterait de ce qu’il avait demandé. Au fond de lui-même, il se disait que dans cette région urbaine, habitée par plus d’un million d’habitants et dans laquelle venaient en outre 400.000 personnes tous les jours, l’exclusivité des transports collectifs, c’était une mine d’or. La mobilité, c’est quand même un concept porteur, non ? Une aubaine extraordinaire qui ferait gagner des millions et des millions à l’entreprise de Sissib !
C’est une légende bien sûr. Qui serait assez fou, aujourd’hui, pour considérer qu’investir dans le transport collectif peut être intéressant ?!

C’est une légende, et d’ailleurs il ne faut surtout pas croire que Sissib ait quelque chose à voir avec la Stib. C’est une histoire totalement idiote, et moi je suis plutôt mout à l’arrêt de tram.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.