Sociologue à la petite semaine

Posté le 4 septembre 2009 dans Divers

Interview surréaliste dans Paris Match de cette semaine. Claude Javeau, sociologue, décrypte les résultats d’un sondage, assez con faut-il le dire, de l’édition belge de l’hebdo au poids des mots et choc des photos. Pendant tout l’été, les lecteurs ont choisi “le Belge de la semaine”. Au palmarès, figurent, pêle-mêle, Albert II, les bébés belges d’Evian (???), François Pirette et les agriculteurs en colère. Fort bien. Paris-Match a donc voulu avoir les commentaires d’un sociologue pour “décrypter” les résultats du scrutin.
Eh bien, cette interview est un magnifique exemple pour étudiants journalistes. Comment poser des questions à quelqu’un qui n’en a strictement rien à foutre et qui n’est intéressé que par une chose : parler de lui et de ce qu’il pense.

Premier exemple :
Javeau dit que les Flamands sont particulièrement absents. Il poursuit en parlant d’Yves Leterme : “Quelle gaffe va-t-il encore nous proposer ? Je trouve incroyable de le revoir comme ministre “étranger aux affaires”, simplement parce qu’il a 800.000 voix qui lui collent à la peau.”
Quel rapport avec la question ? Aucun.

Second exemple :
On cite les agriculteurs qui étaient en colère et l’ont manifesté. Javeau “note qu’il n’y a guère de colère à leur égard et qu’ils ne sont pas impopulaires”. A l’évidence, il n’a pas écouté la question et devait être en vacances, loin de la Belgique, en juillet.

Troisième exemple :
Les politiques. Javeau prétend que “les gens ne comprennent plus la politique belge”. Et il prend un exemple : ils ont voté MR à Bruxelles et se retrouvent avec Picqué (PS). Et puis il dit quand même tout le bien que lui-même pense de ce dernier, alors que personne ne le lui avait demandé. Ah bon, “on” a voté MR à Bruxelles ? Oui, moins de 30%, c’est-à-dire 2,68% de moins qu’aux précédentes élections.
Tout le reste est à l’avenant. Une belle interview qui fait avancer le débat d’un point de vue sociologique. Vivement l’été prochain, pour de nouveaux devoirs de vacances de Paris-Match.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.