Une excellente et heureuse équipe

Il y a 21 ans, les voeux de Qwentès, l’agence de communication que j’avais créée sept ans plus tôt, étaient particulièrement bien tournés. Ils avaient été conçus par Pierre Ergo, un orfèvre des mots. C’était « 1998 vous présente une excellente et heureuse équipe ».
Un an plus tard, je vendais Qwentès, conscient qu’une PME était trop fragile au regard du monde extrêmement concurrentiel dans lequel elle évoluait. Je vendais mon agence et donc avec elle cette excellente et heureuse équipe d’un peu moins de 50 personnes. Malheureusement, le groupe qui l’a reprise ne fut pas à la hauteur, c’est le moins qu’on puisse dire. Pour preuve, un an plus tard, il était mis en liquidation. Comme le seul actif qui gardait de la valeur au sein de ce maudit groupe était Qwentès, j’eus une réunion avec l’avocat en charge de la liquidation. Et celui-ci me dit, textuellement, que « mon ex équipe était une véritable secte »…

Avec ses effets de manche, le gars était fier de sa formule. Et pourtant elle était idiote. Il y a quelque chose qui échappait à ce maître avec qui je n’eus pas un bon contact. Il ne comprenait rien du tout à la motivation d’une équipe. Au Flow, tel que je l’explique sur ma home page. Désarçonné par cette ambiance qui régnait dans les locaux, une niaque si séduisante, lui qui ne s’intéressait qu’aux chiffres nous prenait sans doute, Guy Vaerman mon successeur et moi, pour des gourous, qu’il comprenait et appréciait encore moins.
Soit. C’est du passé. Comme la niaque, qui peu à peu se délita. Et les membres de cette si belle équipe trouvèrent chacun leur bonheur et leur épanouissement ailleurs.

 

Mais l’esprit Qwentès est resté. Pour tous, cela reste une expérience marquante. Vendredi dernier, 20 ans après donc, nous nous sommes retrouvés à près de 25. Les émotions et les rires étaient au rendez-vous. Les années en plus ne laissèrent aucune ride au souvenir. C’était comme si c’était hier. Et oui, ce soir-là, j’étais heureux et fier de cette ex-cellente équipe.