Yossi…

Posté le 12 mars 2016 dans Divers

Vacances 2013. Solange et moi voyageons avec la météo et Booking. Nous sommes dans le Jura, mais le temps commence à se gâter. La Bourgogne nous fait un clin d’oeil plein de soleil. Et là, Booking propose un fabuleux Fabuleux qui frise les 10 sur 10. Direction donc Le petit Domaine de Bois Avril à Etais-la-Sauvin. Des chambres d’hôte perdues dans une campagne plane au sud d’Auxerre. Un lieu qui respire le mariage des moissons et du vin blanc frais, écrasé sous la canicule.

Un sourire en effet fabuleux nous accueille. Vita, une coiffeuse russe qui slalome entre les statues de platre, les éléments de déco improbables, les bouquins, les breloques, les parterres de fleurs. Elle nous montre notre chambre. Une suite tout autant improbable où l’on sent l’excès. Pour ces hôtes-là, nous disons-nous, l’accueil et le confort ne sont pas de vains mots. Ni nous de simples quidams. Leur fabuleuse note sur Booking, dès le premier coup d’oeil, ils la méritent.
Nous étions à peine installés dans les transats au soleil que le seigneur des lieux arrive. Yossi, bonne bouille en avant et un sourire à la sincérité assertive plein la figure, vient vers nous. Comme si nous étions de vieux amis. Ou de la famille. Il nous propose un verre de vin. Et nous laisse la bouteille. Comme ça. Chez eux, le verre de bienvenue est multiple.

Quoi de plus naturel dès lors que de rester là pour le repas du soir. On est chez nous, et la campagne autour est déserte. Eh bien, cette soirée-là restera une des plus mémorables de ma vie. Du rire et de la bonne chair. Des histoires à n’en plus finir et un délicieux fromage. Un Bourgogne de derrière les fagots et nos vies qui se racontent. La leur surtout. La Russie. Israël. Et puis leur France profonde.
Des histoires, Yossi en a des tonnes. Et quand il n’en a plus, il en ressort. Les invente-t-il ? Peut-être. Elles sont tellement surprenantes. Mais on s’en fout : on rigole. On pleure de rire. Quand par exemple il raconte qu’il a donné officiellement cours de ski alors qu’il n’avait jamais skié. Le prof de ski improvisé s’est retrouvé à l’hôpital après cinq minutes. Ou lorsqu’il parle du sanglier qu’un de ses copains a fauché sur la route et a mis dans son coffre. Avec juste un problème : que le sanglier n’était pas totalement mort, aïe aïe aïe. L’état de la bagnole lorsque l’animal est sorti plutôt désemparé du coma…

Lorsque nous nous sommes quittés, ça n’était pas un adieu. Nous savions de part et d’autre que nous nous reverrions.

Et en effet.

Facebook a maintenu le lien. Yossi réagissait souvent à mes posts et moi je likais ses photos. C’était la fête tous les soirs au Petit Domaine. Au fur et à mesure, Yossi et Vita se constituaient une famille. Des personnes comme Solange et moi qui ne pouvaient qu’être séduites par cette qualité de contact et d’accueil. C’était clair, ils avaient trouvé leur truc.

Je ne suis pas fana de télé et encore moins des téléréalités. Mais je n’ai pas été étonné d’apprendre qu’ils étaient un des couples vedettes de l’émission « Bienvenue chez nous ! ». Bienvenue chez nous, ça ne pouvait être que chez eux. Les présentateurs de l’émission les avaient appelés « le couple Bling Bling », tant ils étaient dans le too much. La tête de leurs hôtes devant la caméra et face aux statues, et aux projets que Yossi continuait de fomenter pour parfaire son accueil. Même un projet de piste d’atterissage pour hélicoptère ! Yossi était comme ça. Dans l’excès. Excès d’empathie, de générosité, de sourire, de joie de vivre. D’amour pour Vita.

L’année passée je revenais de la Creuse avec ma soeur Geneviève. Passer par Etais-la-Sauvin, c’était un détour de 150 km. Allez, c’est rien du tout pour revoir Yossi et Vita. On a mangé à la truffe et au Bourgogne. Et on a pris la photo de famille, avec Yossi et ses grands bras protecteurs. Jusqu’à la suivante.

Eh bien il n’y aura pas de suivante. Par hasard, je suis tombé sur un commentaire sur Facebook. De quelqu’un que je ne connaissais pas mais qui parlait d’horreur. J’ai suivi le fil, cherché à comprendre. Yossi est mort. Un malaise, et hop. Quelle horreur.
Ce gars avait la stature et la posture d’un gars qui ne meurt jamais. Un roc de sympathie, d’extraversion et de folie contagieuse. Quelle horreur.

Je pense à Vita qui l’aimait tant et qu’il aimait tant. A ses enfants, que je ne connaissais pas mais dont il m’a parlé plusieurs fois. Et à mon petit domaine qui s’imposait comme une étape incontournable.
On se connaissait à peine mais j’ai comme l’impression d’enterrer un vieil ami. Et je suis triste, oui oui, très triste.

Avant de publier ce billet, j’ai encore été vérifier. Et j’espérais m’être trompé. Comme s’il s’était réveillé. Comme si ça avait encore été une de ses histoires pour nous faire rire. Mais non, ta dernière histoire, Yossi, elle nous fait pleurer.

2 commentaires pour Yossi…

  • Dupuis dit :

    Quel superbe hommage !! Merci pour lui pour eux !! Mes plus proches voisins et , il va sans dire . Vous n’avez rien oublié dans votre hommage et vous en remercie du fond du cœur .Il était l’âme de ce petit hameau du fin fond de l’Yonne et j’ai eu la très grande chance de l’avoir comme voisin et d’ami très cher
    Il va me manquer terriblement ….

  • Pio dit :

    Comme souvent avec ma compagne nous nous remémorions notre “escale” chez Yossi et Vita. Alors nous avons cherché sur internet des photos de leur havre de paix, perdu au milieu de nulle part. Et nous sommes tombés sur votre blog. Nous avons alors découvert cette horrible nouvelle. Votre récit aurait pu être le notre. Nous y avons vécu le même bonheur lors de notre séjour, comme certainement la plupart de leurs hôtes. C’est un honneur de les avoir rencontré. Nous n’oublierons jamais Yossi. Et nous pensons affectueusement à Vita.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.